Actuellement l’érosion des taux d’intérêt atteint un record. On constate un taux de 3,15 % sur 15 ans et de 3,75 % sur une période de 25 ans. Ce seuil est parfois franchi à la baisse avec 2,90 % sur 25 ans lorsque l’emprunteur a de quoi rassurer et rendre serein son banquier.

Comment négocier un taux d’intérêt

Les banques peuvent réserver des taux préférentiels aux emprunteurs qui les mettent en confiance. Pour se faire une idée, votre banquier épluche les relevés bancaires des derniers mois. Par conséquent, il convient de ne pas être débiteur sur cette période. Si vous avez des crédits à la consommation et un crédit révolving, il est conseillé de les solder. De même qu’un apport personnel conséquent sera un plus pour bénéficier d’un taux d’intérêt attractif.

Pour un établissement bancaire, un prêt à hauteur de 80 % représente un risque moindre moins qu’un prêt à hauteur de 100 %. Dès lors que vous disposez au minimum de 10 % d’apport personnel, la banque jugera que vous êtes client à prendre au sérieux. Bien évidemment si vous disposez de plus de 15 %, vous deviendrez de fait un client très intéressant !

Il faut savoir que les indemnités de licenciement, l’épargne salariale, les donations, les prêts aidés, de même que le fruit de la revente d’un bien immobilier constitue l’apport personnel. Il faut donc savoir les mettre en avant.

  • Si vous percevez un salaire excédant 35000 €, que vous êtes un fonctionnaire embauché en contrat à durée indéterminée depuis plus d’une année, vous représentez un profil idéal pour les établissements de crédit. À ce titre, ils peuvent vous faire bénéficier d’un taux très attractif.
  • Si vos revenus ne sont pas très importants, vous pouvez argumenter sur le fait que vous êtes jeune, qu’il va y avoir une diminution de vos charges fixes, que vous avez des perspectives d’évolution professionnelles.
  • Si vous avez un profil d’épargnant, cela ne manquera pas d’apaiser les inquiétudes des établissements financiers. Votre effort d’épargne doit pris être en compte même en dépit d’un revenu moins conséquent qu’une personne ayant un salaire plus élevé et une capacité d’épargne inexistante.

Vous l’aurez compris, il ne faut jamais se placer en position de demandeur et tirer profit de ses points forts.